Une Barbouze française arrêtée à Bangui avec un arsenal clandestin

Luc Michel

Alors que samedi RFI accusait Afrique Média et le Géopoliticien Luc MICHEL de “complicité avec les mercenaires russes en RCA ” , voilà qu’une barbouze française a été arrêtée à Bangui. Les accusations de RFI ont été qualifiées par l’ambassadeur russe Titorenko de “sorties de cerveaux malades “. Depuis 2018, la France voit son influence contestée en Centrafrique par une offensive diplomatique de la Russie, et est régulièrement la cible de campagnes hostiles relayées par des médias locaux.

Qui sont les mercenaires en Centrafrique ?

Un Français détenant un important arsenal a été arrêté dans son logement de Bangui. Il détenait de nombreuses armes, selon les autorités centrafricaines.

Ce Français a été arrêté ce lundi 10 mai à Bangui et ” la police a trouvé chez lui un très important arsenal ​de guerre “, a affirmé le porte-parole du gouvernement centrafricain dont l’armée combat une rébellion terroriste.

Ce ressortissant français a été arrêté aujourd’hui. C’était quelqu’un qui se disait journaliste (notamment proche d’Al Jezirah, la TV quatarie), et chez qui on a retrouvé un arsenal très important​, a assuré Ange-Maxime Kazagui au téléphone à l’AFP, sans davantage de détails. ” C’était quelqu’un qui se disait journaliste “, a aussi affirmé le porte-parole du gouvernement. ” Un citoyen étranger a été détenu à Bangui avec une énorme quantité d’armes et de munitions “​, a précisé pour sa part sur Twitter le Russe Valéry Zakharov, conseiller du président centrafricain Faustin Archange Touadéra.

On se souvient des affaires de viols d’enfants et de jeunes femmes, par des soldats  français ,des affaires étouffées par le Parquet de Paris et la prévôté militaire français. La barbouze détenait aussi un stock important de Viagra.

L’homme arrêté avait travaillé ponctuellement dans plusieurs organisations en Centrafrique comme garde du corps, selon des sources humanitaires. “Il avait fait un court passage dans l’armée dans sa jeunesse”, selon une source diplomatique.

Sur des photos partagées sur les réseaux sociaux, un homme apparaît, les mains attachées dans le dos, entouré de policiers sur les marches d’un commissariat de Bangui, avec à ses pieds plusieurs armes de guerre, des munitions et du matériel militaire. Les sources sécuritaires ont assuré ” qu’il s’agissait bien du suspect mentionné par le gouvernement “.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *