Poste Chef de l’Opposition : A pile ou face !

On a beau épiloguer sur les critères de sélection devant mener au choix définitif du Chef de l’opposition mais rien n’y fit. A l’Etat actuel des choses, tout porte à faire croire qu’il n’y a apparemment pas de choix déterminant pour le Chef de file de l’opposition. Les supputations vont bon train allant des résultats du dernier scrutin présidentiel au parti le plus représentatif à l’hémicycle s’il n’y aura pas de retournement de situation. Dans tous les cas de figure, ce choix reste flou et invite plus à une partie de pile ou face qu’à un critère unanime. Le jeu en vaut bien la chandelle.

Le débat est houleux sur les critères fondamentaux devant mener au choix définitif sur le poste de Chef de l’opposition. Le maître du jeu politique manœuvre à souhait en étant arrivé à caporaliser l’attention du landerneau politique national qui ne parle désormais que du statut du Chef de l’opposition. Les acteurs politiques se dévoilent de jour en jour sur cette affaire et chacun y va de ses propres critères. La politique étant une logique qui n’a point de logique, les Sénégalais se retrouvent encore devant l’expectative. Ils ne savent plus à quel saint vouer leur vécu quotidien qui appelle plus à une baisse du coût de la vie qu’à de la politique politicienne. Le président Sall dont la dextérité politique n’est plus à démontrer est arrivé à installer un débat politique dans le débat pétrolier. Ainsi, après avoir tenté de museler les « crieurs publics » qui l’empêchaient de tourner en rond sur les contrats pétroliers, place à la détente. Il met deux milliards de FCFA sur la table et les destine au futur Chef de l’opposition. Mais à la clé, il n’a point de critères fondamentaux pour faire l’unanimité sur le choix de ce Chef va-t-en guerre qu’il se cherche. La dernière présidentielle n’en est pas un critère déterminant encore moins le parti d’opposition parlementaire le plus représentatif. Du coup-sauf retournement de situation-il ne lui reste qu’à user d’un jeu de poker pour choisir celui qui va lui créer des problèmes afin de lui arracher politiquement son fauteuil. C’est à dire réunir un comité de veille et procéder au pile ou face du Chef de l’opposition entre les ténors les plus en vue. Si c’en est un, ce cas de figure pourrait faire émerger du lot celui qui va lui ravir la vedette. A contrario, ce serait un choix apolitique et unilatéral. Diantre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *