Maroc – Sénégal : il y a anguille sous roche

On le sait, les marocains sont, en général, violents. La société et l’État marocains cultivent la violence en stratégie nationale. Cette vérité se trouve derrière les meurtres récurrents de sénégalais au Maroc. Le dernier en date remonte à la nuit de vendredi au samedi dernier à Casablanca. Mouhamed Thiam, un Sénégalais âgé de 29 ans, vivant au Maroc a été poignardé à mort alors qu’il rentrait chez lui après une visite chez un ami.

Les sénégalais ne sont pas près d’oublier la mort de Charles N’dour, s égorgé au Maroc en 2014 ni l’affreux assassinat de trois étudiantes sénégalaises dont les corps sans vie ont été retrouvés dans leur appartement dans la ville de Casablanca.

Ce scénario illustre la triste réalité des migrants sénégalais résidents ou en transit au Maroc, notamment depuis que les services de sécurité encouragent la population autochtone à la chasse aux africains dans le but de faire plaisir aux autorités européennes qui ont fait du Maroc le gendarme de ses frontières.

La population marocaines, souvent regroupée en bandes criminels, opère en toute impunité en semant la terreur parmi les ressortissants africains :

J’ai honte a la place du soit- disant roi qui a des relations particulières avec des chefs d’états de l’Afrique soubsaharienne.

Selon le site Afrik.com qui cite le journal sénégalais Dakar Times, le chef de l’État sénégalais Macky Sall a dépêché à Rabat son chef de la diplomatie, Amadou Bâ, dans le but de parler des nombreux meurtres de sénégalais au Maroc.

Cependant, selon des sources bien au fait sur les relations entre les deux pays, il est peu probable que les autorités sénégalaises réagissent en vue de condamner les supplices vécus par leurs concitoyens au royaume de Mohammed VI en raison de la mainmise des autorités marocaines sur le pays de la Teranga grâce à la corruption et achat des responsables sénégalais.

Selon des informations rapportées par le site mauritanien RIM Sans Frontières, le président Macky Sall a reçu de son ami Mohammed VI le montant de 50 millions d’euros en échange d’un soutien pour le retour de ce pays ami au sein de l’Union Africaine et une exclusion de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) de l’organisation panafricaine. Les vacances présidentielles au frais du souverain marocain en disent long sur les relations entre les deux hommes.

D’autre part, d’après les documents révélés par le hacker Chris Coleman, l’ancien ministre des affaires étrangères sénégalais, Mankeur Ndiaye, recevait chaque année la somme de 140.784 euros soit 8.224.754 francs CFA en vue de « couvrir les frais de pèlerinage à La Mecque pour trois personnes » selon les détails contenues dans une lettre de l’ambassadeur marocain à Dakar.

La presse sénégalaise en a largement parlé, mais elle a été immédiatement muselé par le pouvoir et le lobby marocain au Sénégal, ce qui dévoile la mainmise marocaine sur l’un des derniers bastions de la Françafrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *