Les États-Unis proposent de refuser des permis de travail aux demandeurs d’asile qui entrent illégalement

WASHINGTON (Reuters) – L’administration Trump a proposé mercredi un règlement interdisant à la plupart des demandeurs d’asile de demander un permis de travail s’ils entraient illégalement aux États-Unis.

Les agents d’immigration pourraient accorder des exceptions au cas par cas s’il s’avérait que les migrants avaient un «motif valable» d’entrer illégalement.

 

En outre, la proposition permettrait aux autorités de l’immigration de rejeter une demande d’asile ou une demande de permis de travail émanant de migrants qui ont raté des rendez-vous liés à l’immigration.

Des avocats en droit de l’immigration et d’anciens juges en matière d’immigration s’opposent au plan. Ils ont fait valoir que les erreurs d’écriture et l’absence de préavis sont des problèmes courants dans le système d’immigration américain.

La règle proposée empêcherait également les demandeurs d’asile d’obtenir une autorisation de travail s’ils ont été déclarés coupables d’un crime commis par le gouvernement fédéral ou par un État et de certains autres crimes.

(ici)

L’administration Trump a présenté plusieurs propositions réglementaires au cours des dernières semaines qui renforceraient le processus d’obtention de l’asile. Le dernier plan vise à décourager les migrants qui pourraient demander l’asile à travailler légalement aux États-Unis, selon les services américains de citoyenneté et d’immigration, l’agence qui supervise les demandes d’asile.

“Les étrangers clandestins cherchent dans notre système d’asile des opportunités économiques, ce qui porte atteinte à l’intégrité de notre système d’immigration et retarde l’aide des demandeurs d’asile légitimes ayant besoin de protection humanitaire”, a déclaré le directeur par intérim de l’USCIS, Ken Cuccinelli. “Les réformes proposées visent à rétablir l’intégrité du système d’asile et à réduire l’incitation à déposer une demande d’asile dans le but principal d’obtenir une autorisation de travail.”

L’administration a publié la semaine dernière une proposition de règle qui ajouterait des frais de 50 USD à certaines demandes d’asile, première fois que les États-Unis imposent de telles demandes.

En septembre, l’administration a présenté une proposition visant à supprimer le délai de 30 jours prévu pour le traitement des demandes de permis de travail par les demandeurs d’asile. Ce plan pourrait ralentir le délai d’approbation ou de refus d’une demande d’asile.

Dans le même esprit, la dernière règle proposée augmenterait également le délai d’attente normal des demandeurs d’asile pour obtenir un permis de travail.

En vertu de la réglementation en vigueur, les demandeurs d’asile doivent attendre 180 jours à compter de la date de dépôt de la demande de protection avant de pouvoir obtenir un permis de travail. La règle proposée mercredi appelle une période d’attente de 365 jours à compter de la date à laquelle une demande d’asile est reçue.

La règle proposée, qui sera publiée dans le Federal Register jeudi, sera soumise à une période de consultation publique de 60 jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *