Les belles surprises du tourisme africain

ÉTUDE. Selon le dernier rapport de Jumia Travel, la situation du tourisme africain est de mieux en mieux. Malgré son faible niveau en comparaison avec d’autres régions, le constat d’une augmentation sensible des visiteurs est encourageant.

Le monde n’a jamais autant voyagé. D’après les dernières conclusions de l’Organisation mondiale du tourisme (UNTWO), le nombre de touristes a connu une hausse de 6 % en 2018, soit 1,4 milliard de voyageurs, ce qui fait du secteur « un des moteurs les plus puissants de la croissance et du développement mondial », avait déclaré il y a quelques mois le secrétaire général de l’OMT, Zurab Pololikashvili. La dynamique, de plus en plus forte chaque année, s’exporte en Afrique. L’an passé, le continent a accueilli sur son sol 67 millions de visiteurs, d’après le dernier rapport sur le sujet publié par Jumia Travel fin septembre. Le chiffre, en hausse de 7 % par rapport à 2017, fait de l’Afrique la deuxième région du monde où la croissance du secteur est la plus forte, après l’Asie-Pacifique.

L’émergence du tourisme local

Un engouement qui s’explique d’abord, pour Jumia Travel, par des réformes dans le secteur, notamment celles qui concernent l’attribution des visas. En assouplissant leurs règles sur le précieux sésame, le Rwanda et l’Éthiopie ont boosté les arrivées. La croissance du tourisme dans le pays est en 2018 la plus forte d’Afrique, à 48,6 %. L’Afrique du Sud, elle, a validé l’exemption de visas pour les visiteurs en provenance d’Angola et du Ghana. Autre exemple : l’East Africa Visa, un document à faire en ligne qui permet de visiter trois pays, l’Ouganda, le Rwanda et le Kenya.

Des politiques dédiées, comme « l’année du retour au Ghana » – douze mois pendant lesquels sont organisés des événements pour commémorer le premier bateau d’esclave arrivé en Virginie il y a quatre siècles – booste aussi le secteur. Toutes ces mesures font émerger de nouvelles formes de tourisme. De plus en plus, l’Afrique accueille des touristes locaux et des visiteurs de la diaspora. « Aujourd’hui, le tourisme local fait partie du tableau, confirme Abdesslam Benzitouni, de Jumia Travel. Les Africains voyagent beaucoup plus qu’il y a 15 ans. » Illustration de ce constat : « les avions Lagos-Nairobi sont toujours complets ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *