Le premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, Prix Nobel de la paix 2019

Ethiopian Prime Minister Abiy Ahmed, wearing a white coat bearing the traditional Kafficho colours of red, green and blue, address the crowd in Bonga, the main town in Kaffa province, some 449km south west of the capital Addis Ababa, on September 15, 2019. - Ethiopian Prime Minister Abiy Ahmed pleaded for patience during a visit on September 15, 2019, to leaders of the latest ethnic group pushing to form a breakaway region. The bid by the Kafficho ethnic group to form a new federal state risks further destabilising Ethiopia's diverse southern region, which just two months ago was rocked by violence stemming from a similar campaign by the Sidama ethnic group. Ethiopia is currently partitioned into nine semi-autonomous regions. The constitution requires the government to organise a referendum for any ethnic group that wants to form a new entity. (Photo by MICHAEL TEWELDE / AFP)

On connaît désormais le nom de la personne qui succédera à la militante yézidie Nadia Murad et au gynécologue congolais Denis Mukwege, récompensés conjointement l’an dernier pour leur combat contre les violences sexuelles. Vendredi 11 octobre, le comité Nobel norvégien a annoncé depuis Oslo que le lauréat du prix Nobel de la paix 2019 reviendra au premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, pour son action en faveur de la réconciliation de son pays avec l’Erythrée. Le prix sera officiellement décerné lors d’une cérémonie dans la capitale norvégienne le 10 décembre, jour de l’anniversaire de la mort du père de la dynamite.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Ethiopie : le réformateur Abiy Ahmed face au défi ethnique

Les prix Nobel de la paix sont remis aux personnes ou aux communautés ayant œuvré « au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes, à la réunion et à la propagation des progrès pour la paix ». Concrètement, il peut s’agir d’un engagement pour les droits humains, d’actions de désarmement, d’un combat écologique…

Un buste d’Alfred Nobel, à Stockholm.
Un buste d’Alfred Nobel, à Stockholm. Henrik Montgomery / AP

Outre la reconnaissance internationale et la médaille, le prix Nobel de la paix rapporte neuf millions de couronnes suédoises, soit environ 830 000 euros, à son lauréat. Cet argent sert généralement à poursuivre les recherches primées dans les domaines scientifiques ou est reversé à des associations.

Lire aussi Nobel de la paix : peut-on dresser un profil type des lauréats ?

Seule récompense décernée par Oslo – les lauréats des autres prix sont sélectionnés par l’Institution académique suédoise –, le prix de la paix est annoncé au lendemain de celui de littérature, qui a récompensé à Stockholm la Polonaise Olga Tokarczuk au titre de l’année 2018 et pour 2019 l’Autrichien Peter Handke, auteur controversé à cause de ses positions pro-serbes pendant la guerre en ex-Yougoslavie. L’Académie royale suédoise s’étant trouvé l’an passé enferrée dans un scandale mêlant accusations de viol, de harcèlement sexuel et de conflits d’intérêts ayant éclaboussé, il avait été décidé de reporter d’un an le Nobel de littérature 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *