L’Afrique de l’Ouest et le Sahel tentent d’éviter une crise laitière venue d’Europe

L’Afrique de l’Ouest craint une grave crise si les industriels laitiers européens déversent en Afrique leurs excédents de poudre de lait constitués pendant la crise du Covid-19, alors que l’élevage au Sahel est déjà fragilisé par la persistance des violences jihadistes et le réchauffement climatique.

Comme toutes les ONG qui défendent les éleveurs sahéliens, l’organisation paysanne ouest-africaine APESS se déclare « inquiète » des décisions de Bruxelles de « subventionner » le stockage de poudre de lait des industriels laitiers européens.
Cette décision est destinée à soulager les éleveurs du Vieux continent après la chute des cours du lait provoquée par la fermeture des lieux de consommation comme restaurants et cantines au moment précis où explosait la surproduction printanière laitière.
« Nous craignons que ce lait soit déstocké en Afrique de l’Ouest » à des prix de dumping sous forme de poudres de lait écrémé ré-engraissées, a indiqué Hindatou Amadou, porte-parole de l’APESS et coordinatrice de la campagne ouest-africaine « mon lait est local », lors d’une récente table ronde sur le sujet.
Début mai, une douzaine d’associations paysannes et de solidarité, dont Oxfam ou CCFD Terre solidaire, avaient déjà alerté sur un risque de « crise grave », alors que l’Afrique de l’Ouest voudrait miser notamment sur le secteur de l’élevage pour soutenir l’emploi, lutter contre la sous-alimentation, contenir l’émigration et in fine lutter contre les violences.
En 2015, les poudres de lait écrémé européennes, ré-engraissées avec des matières grasses végétales, étaient diffusées à 54% en Afrique subsaharienne, confirme une publication de la Commission européenne.
La pratique s’est développée en 2017-18, à la faveur de l’envolée des cours du beurre sur les marchés mondiaux. « Avec les matières grasses du lait, un certain nombre d’industriels produisaient du beurre qu’ils vendaient à de très bons prix, et le lait écrémé en poudre qui restait était ensuite ré-engraissé avec de l’huile de palme et vendu dans des pays émergents à des prix plus faibles que leur lait local » explique à l’AFP une source industrielle française qui requiert l’anonymat.
Sous couvert d’aider des pays en développement à nourrir leur population à des prix accessibles, les industriels laitiers européens participent donc à ce vaste commerce qui « déstabilise » fortement « les éleveurs locaux », confirme cette source.
Au premier rang figurent des groupes irlandais (22% des ventes de poudres de lait ré-engraissées réalisées en Afrique en 2015, selon le rapport européen GIRA de 2017), puis néerlandais (15%), belges (10%), polonais (5%), allemands (4%) et français (4%).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *