Financer les retraites par l’immigration de masse : Delevoye, l’homme qui dit tout haut ce que le gouvernement pense tout bas

Pour le haut-commissaire aux retraites, l’immigration est une chance pour le financement de celles-ci.

Jean-Paul Delevoye a la finesse d’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Alors que le pouvoir n’a de cesse de vouloir se montrer subtil, enrobant pour présenter sa réforme des retraites sous son jour le plus favorable, jurant, par exemple, qu’elle favorisera les femmes quand la démonstration a été faite par l’Institut de la protection sociale (IPS) que les mères de famille verront leur pension dévalorisée avec le futur système universel par points, le haut-commissaire aux retraites s’emploie jour après jour à dire tout haut ce que le gouvernement sait ne pouvoir dire aux Français sans mettre en péril son projet et allumer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *