Fin de la campagne présidentielle au Togo

Les candidats ont mis fin à leur campagne avant le premier tour des élections présidentielles togolaises, samedi.

Dans son dernier discours public prononcé dans sa ville natale de Kara, au nord de la capitale Lomé, le président Faure Gnassingbé a déclaré à ses partisans que l’avenir du pays était désormais entre leurs mains et les a exhortés à se rendre aux urnes.

Le président Gnassingbé a pris la relève de son défunt père et cherche à maintenir la présence politique de sa famille dans cette nation ouest-africaine, qui dure depuis un demi-siècle.

Après avoir résisté aux protestations en 2017 et 2018, il a fait adopter des changements constitutionnels l’année dernière, malgré les manifestations des partisans de l’opposition, ce qui lui a permis de se présenter à nouveau.

Les luttes intestines au sein de l’opposition ont vu les manifestations s’essouffler.

Le président Gnassingbé est en lice sous la bannière du parti de l’Union pour la République (UNIR) et est challengé par Jean-Pierre Fabre, du parti de l’Alliance nationale pour le changement (ANC).

M. Fabre est arrivé deuxième lors des deux dernières élections et n’a pas réussi à rallier l’opposition.

L’ancien Premier ministre Agbéyomé Kodjo, qui a servi sous le père de M. Gnassingbé, est également en lice avec le Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD).

La dernière candidature de M. Kodjo à la présidence a été approuvée par l’archevêque Philippe Fanoko Kpodzro, archevêque émérite de Lomé et doyen des évêques du Togo.

Jean-Pierre Fabre
Image captionJean-Pierre Fabre est le principal challenger du président sortant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *