Espagne : ce qu’il faut savoir sur le parti d’extrême droite Vox, désormais 3e force politique du pays

Fondé par d’anciens membres du PP

Vox a été fondé en 2014 par d’anciens membres déçus du Parti Populaire (conservateur), comme son chef Santiago Abascal, ancien député PP au parlement régional du Pays basque. Abascal a rapidement pris ses distances avec son ancien parti, accusant l’ancien Premier ministre conservateur Mariano Rajoy (2011–2018) d’être « l’exécuteur testamentaire » de son prédécesseur socialiste José Luis Rodríguez Zapatero pour ne pas avoir abrogé la loi autorisant le mariage homosexuel ou celle de « mémoire historique » qui vise à réhabiliter la mémoire des victimes républicaines de la dictature franquiste. Lors de la récente exhumation de Franco de son mausolée monumental, Santiago Abascal a accusé le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez de « profanation ».

Progression fulgurante

Marginal il y a peine un an, Vox a créé un séisme en Espagne en décembre 2018 en entrant avec 10% des voix au parlement régional d’Andalousie, région la plus peuplée d’Espagne où son soutien a permis au PP et aux libéraux de Ciudadanos de chasser les socialistes de leur fief historique. Propulsé sur le devant de la scène, Vox a ensuite fait son entrée au Parlement national lors du scrutin du 28 avril avec 24 députés, alors que l’extrême droite était résiduelle dans le pays depuis la mort de Franco en 1975. Un résultat doublé dimanche avec 52 députés sur 350, ce qui fait de Vox la troisième force politique à la chambre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *