Des milliers de réfugiés reçus au Canada doivent vivre plus de trois ans sans leurs enfants

Trente-neuf mois. C’est la longue attente que doivent subir des milliers de réfugiés reçus au Canada pour enfin être réunis avec leurs enfants, selon les plus récentes données obtenues par Le Devoir. « Un délai inacceptable », dénonce le Conseil canadien pour les réfugiés, qui implore le gouvernement fédéral de le ramener à six mois maximum.

Dans un bureau de Fami-Jeunes, un organisme communautaire de Saint-Henri, Sophie ne peut réprimer ses larmes, qu’éponge aussitôt le masque qu’elle a sur le nez. Séparée depuis deux ans de quatre de ses enfants qui sont restés en Afrique, cette mère, qui tait son vrai nom pour la sécurité de sa famille, se fait un sang d’encre pour eux. « Je ne comprends pas pourquoi c’est si long », lance-t-elle, impuissante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *