Des dizaines de groupes au Canada réclament un statut d’immigration pour tous

Des dizaines de groupes au Canada réclament un statut d’immigration pour tous

Le mouvement grandit au pays. Plus de 40 groupes d’aide aux migrants, aux réfugiés et aux sans-papiers du Canada ont lancé dimanche un appel pour un statut d’immigration complet pour tous. Lors d’une série de rassemblements virtuels, ces organismes, ainsi que des dizaines de personnes sans statut migratoire, ont fait part de leurs doléances aux autorités canadiennes.

La pandémie mondiale de la COVID-19 a prouvé que les migrants sont essentiels à nos communautés, mais qu’ils sont exploités et exclus. Ensemble, les migrants de tout le Canada font entendre leur voix en faveur des soins de santé, d’un travail décent, de la réunification familiale et de l’égalité des droits pour tous. Nous exigeons un statut d’immigration complet.
Communiqué du Migrant Rights Network
Après la mort de deux ouvriers agricoles en Ontario, le gouvernement du premier ministre canadien Justin Trudeau a promis de « faire mieux » pour aider les travailleurs étrangers temporaires. Son cabinet serait d’ailleurs en train de préparer un projet de régularisation de certains demandeurs d’asile travaillant dans le secteur de la santé au Québec.

Le Migrant Rights Network, la plus grande coalition de justice pour les migrants au Canada, demande la régularisation et un statut d’immigrant complet pour tous les résidents non permanents du pays afin de donner aux migrants la possibilité de se protéger et de prendre soin d’eux-mêmes et de leur famille pendant la pandémie. À l’avenir, les migrants devront également jouir de tous leurs droits. Un statut d’immigration complet pour tous est nécessaire pour un rétablissement complet et juste après la COVID-19.
Communiqué du Migrant Rights Network
L’événement a mis en scène une série de travailleurs agricoles, du personnel soignant, des travailleurs de la construction et d’autres personnes qui ont fait part des difficultés de vivre la pandémie sans le soutien du gouvernement.

« Nous élevons la voix parce que la COVID-19 a mis à nu la crise causée par le capitalisme, le racisme, le changement climatique et la guerre », a déclaré à La Presse canadienne la porte-parole Sarom Rho lors de cet événement d’une heure.

« Les entreprises canadiennes profitent de la temporalité intentionnelle causée par un système d’immigration à deux vitesses », a déclaré Mme Rho, ajoutant que le nouveau coronavirus a frappé les migrants et les pauvres le plus durement.
Sans accès au revenu d’urgence, les migrants ont traversé la crise sans bénéficier des droits fondamentaux du travail ou de protections en matière de santé et de sécurité. Nous souffrons de la faim, nous sommes sans abri, nous avons perdu la vie. »
Sarom Rho, porte-parole du réseau Migrant Rights Network
Le réseau rappelle qu’au moins 1 personne sur 23 au Canada est un migrant sans droits de citoyenneté ou de résidence. Selon cette coalition d’organismes d’aide aux migrants, ces derniers sont souvent titulaires de divers permis d’études, de travail ou humanitaires, ou n’ont pas de documents du tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *