Coronavirus : l’Italie ferme tous ses commerces, sauf ceux dédiés à l’alimentation et à la santé

Le premier ministre italien a annoncé, mercredi soir, la fermeture des « commerces, bars, pubs, restaurants ». « La livraison à domicile restera autorisée », a ajouté Giuseppe Conte.

Le Monde avec AFP Publié hier à 05h01, mis à jour à 02h54

Temps de Lecture 3 min.

Des personnes attendent à l’intérieur de la gare de Termini, à Rome, mardi 10 mars. ANDREW MEDICHINI / AP

L’Italie, seul pays entièrement confiné en raison de l’épidémie due au coronavirus, renforce encore ses mesures drastiques. Le premier ministre, Giuseppe Conte, a annoncé, mercredi 11 mars au soir, la fermeture des commerces dans la Péninsule, à l’exception de ceux relevant des secteurs de l’alimentation et de la santé.

« Nous fermons les commerces, les bars, les pubs, les restaurants », a-t-il dit lors d’une allocution solennelle. « La livraison à domicile restera autorisée. » « L’effet de l’effort sera visible dans les quatorze jours », a-t-il affirmé. Lundi soir, le pays avait décidé d’étendre l’ensemble des restrictions de déplacement à tout le pays au moins jusqu’au 3 avril.

L’Italie, membre du G7, est devenue le premier à généraliser des mesures aussi draconiennes, afin de tenter d’enrayer la progression de l’épidémie de Covid-19, qui y a déjà fait 827 morts et 12 462 cas détectés, selon un bilan rendu public mercredi soir.

Le gouvernement a par ailleurs annoncé une enveloppe de 25 milliards d’euros. Sur cette somme, la moitié environ sera mobilisée en urgence, tandis que l’autre servira pour d’éventuels besoins ultérieurs du pays.

  • Des transports au ralenti

Le pays semble vivre sous cloche mais il reste encore des possibilités de franchir les frontières. Accompagnée de sa famille, Mina, une Indienne de 58 ans, va pouvoir quitter Rome. « Nous avons reçu un message de notre compagnie. On nous a dit qu’on nous avait trouvé un vol et que nous pourrons rentrer parce que nous le voulons », dit-elle, soulagée.

A Termini, la gare centrale de Rome, des policiers restent vigilants pour s’assurer que chacun respecte la distance de sécurité d’au moins un mètre entre les personnes. Chacun doit exposer le motif de son voyage auprès de policiers munis de masques. Sur le panneau d’affichage, nulle trace d’annulation. Le train pour Venise via Florence n’embarque qu’une dizaine de voyageurs par wagon, mais il roule. Les métros et les autres transports publics à Rome et Milan, poumon économique de l’Italie, ne sont pas plus à l’arrêt.

De nombreux vols ont atterri mardi à Rome-Fiumicino, notamment en provenance de Paris, Barcelone, Nairobi ou New York. A celui de Ciampino, plus petit et réservé essentiellement aux vols des compagnies à bas coût, des vols en provenance de Madrid, Londres ou Varsovie sont également arrivés, et des voyageurs ont aussi pu décoller, notamment pour Paris, Nice, Berlin, Prague ou Tunis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *